3 jeux de coopération pour les enfants et adolescents

3 jeux de coopération pour les enfants et adolescents 

3 jeux de coopération enfants

Les jeux de coopération sont fondés sur des principes de coopération plutôt que de compétition. Il n’y a donc ni perdants ni gagnants mais nécessitent un travail en équipe pour atteindre un but commun.

1.L’ange gardien

Ce jeu commence à deux personnes : l’une des deux personnes ferme les yeux et l’autre pose sa main dans son dos. Grâce à cette main, la deuxième personne va pouvoir guider la première comme un ange gardien. La première personne est invitée à marcher, peut-être même danser si elle le sent, toujours avec les yeux fermés et à faire confiance à son ange gardien. Celui-ci doit donc être attentif à ce qui se passe autour pour éviter à son protégé des accidents. Dès qu’il sent un danger, l’ange gardien enlève sa main du dos et le protégé s’arrête alors. Le geste de retrait de la main signifie qu’il y a un danger. Après quelques minutes, les rôles sont échangés.

Dans un deuxième temps, ce jeu est étendu à quatre personnes. Les quatre personnes forment un cercle en se donnant la main et les personnes l’une en face de l’autre sont les anges gardiens des deux autres. Les deux personnes protégées ferment les yeux et dansent, entraînant les anges gardiens dans leurs mouvements dansés. Les anges gardiens gardent les yeux ouverts et sont attentifs à l’environnement autour. Cette fois, ils pourront protéger leurs camarades en redirigeant le cercle à travers des mouvements (notamment pour éviter les murs, les cercles des autres joueurs, les obstacles quelconques qui peuvent se trouver dans la salle). Les protégés gardent les yeux fermés tout le long du jeu. Après quelques minutes, les rôles sont inversés.

Pendant tout le jeu, la parole est proscrite, tout se passe par les mouvements du corps.

Ce jeu est praticable à partir de 6 ans et plus il y a de participants, plus les notions de coopération et de confiance sont mises en pratique (puisque les risques de collision sont plus grands et que le rôle d’ange gardien est d’autant plus important).

 

2. “Se rendre la vie plus belle mutuellement”

Dans cette activité, des étiquettes de besoins correspondant aux besoins humains fondamentaux (tels que proposés par la Communication Non Violente) sont disposées par terre.

cartes besoins jeu coopération

Liste des besoins sous forme de cartes à télécharger dans cet article : Les cartes des besoins (téléchargement gratuit) : un outil de connaissance de soi et de non violence

Les joueurs sont invités à marcher autour des étiquettes, à lire les besoins inscrits sur ces étiquettes et à en choisir deux qui les inspirent. Une fois les deux besoins choisis, les joueurs disposent d’un temps de réflexion personnelle pour explorer ces besoins : ce qu’ils signifient pour eux, comment ils les définissent, comment ils se sentent quand ils sont satisfaits et comment ils se sentent quand ils ne le sont pas, des expériences où ces besoins ont été satisfaits et des situations où ces besoins ne l’ont pas été.

Puis, les joueurs sont invités à partager en groupe des idées, des manières pour satisfaire ces besoins (qu’on appelle stratégies en Communication Non Violente). Chaque membre du groupe prend la parole avec un de ces besoins en énumérant une ou plusieurs stratégies pour le satisfaire puis les autres membres du groupe peuvent citer d’autres stratégies. L’idée est de bien prendre conscience que les besoins sont partagés par tous mais que les stratégies pour les satisfaire sont différentes (par exemple, le besoin de repos est fondamental mais peut être satisfait à travers plusieurs stratégies différentes : se coucher plus tôt, se lever plus tard, faire une sieste, prendre une douche tranquille…).

Ensuite, les joueurs se mettent deux par deux et chacun est invité à choisir un des deux besoins qu’il avait ramassés par terre plus tôt. A partir du besoin choisi par chacun des deux joueurs, ils doivent trouver une (ou plusieurs) manière(s) concrète(s) de les concilier dans une optique gagnant-gagnant. L’idée est de voir dans quelle mesure deux personnes sont capables de faire preuve de créativité pour concilier des besoins différents sans que l’un ou l’autre ne cède mais en cherchant à les concilier de manière convenable pour chacune des deux parties engagées. Par exemple, les joueurs peuvent être amenés à concilier les besoins “confiance” et  “beauté”.

 

3. Les pièces de la maison

Dans cette activité de coopération, des groupes de 3 à 5 personnes sont formés. Un nom de pièce est secrètement attribué à chaque groupe par l’animateur (exemple : salle à manger, chambre d’enfant, salle de bain, cuisine, garage, jardin…). A l’intérieur de chaque, groupe, les membres se mettent d’accord pour que chacun d’entre eux représente un meuble ou un accessoire de cette pièce.

Les autres groupes doivent deviner, à travers le mime silencieux et immobile, de quelle pièce de la maison il s’agit.

Par exemple, un groupe qui doit mimer une chambre d’enfant peut faire mimer le lit avec un membre qui s’allonge par terre, une autre personne fait l’armoire en étendant les bras et en accrochant un pull à sa main, une troisième mime un cheval à bascule en se balançant et la quatrième le bureau en se mettant à quatre pattes.

Ce jeu est praticable dès 6/7 ans.

 

Il est important de noter que, dans ce type de jeu, personne n’est jamais obligé de participer. Chaque membre est libre de participer ou non. Quand on est dans la coopération, on est aussi dans l’acceptation des limites et sensibilité de chacun. De même, il peut arriver qu’il soit trop inconfortable pour certaines personnes de fermer les yeux pour le jeu de l’ange gardien et il est alors possible de les autoriser à les ouvrir.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *