Utiliser les 24 dernières heures avant un examen pour une bonne préparation

Utiliser les 24 dernières heures avant un examen pour une bonne préparation

24 heures avant un examen

Une préparation en amont…

Une bonne préparation aux examens commence dès le premier cours… en y assistant ! Plus on est actif lors du cours, plus les informations seront mémorisées à long terme : prendre des notes, faire les exercices demandés, poser des questions, écouter les questions des autres et les réponses de l’enseignant.

Il est recommandé de travailler régulièrement tout au long de l’année, de rattraper son retard le plus tôt possible lors d’absence, de faire tous les exercices demandés et de réaliser des fiches de synthèse à la fin de chaque chapitre/ concept abordé (les formes peuvent varier : fiches de révision, cartes mentales, Sketchnote, schémas, flash cards, carte conceptuelle…).

Établir un planning de révision permettra non seulement de ne rien oublier mais également de se laisser guider dans le déroulement de la journée par l’organisation planifiée à l’avance (gain de temps et gain d’énergie mentale non dédiée à la planification mais seulement aux révisions).

… pour éviter de s’acharner les derniers jours

Il est plus profitable de passer la dernière journée avant l’examen à simplement relire quelques notes sur des éléments clés mais de ne pas passer la journée complète à réviser. Il vaut mieux consacrer cette journée à des choses agréables : se relaxer, faire de l’activité physique, lire… afin de canaliser le stress et éviter un impact négatif du stress sur les performances.

En effet, le stress entretient avec la performance une relation en U inversé : jusqu’à un certain stade, le stress optimise la performance et peut permettre de dépasser les limites. Mais quand le stress est trop intense et/ou prolongé, il fait chuter la performance.

et de faire des nuits blanches !

Se coucher tôt la veille participe également à une bonne préparation aux examens, ainsi que la vérification des affaires la veille (batterie dans la calculette, papier d’identité, convocation, éventuellement une bouteille d’eau et quelques fruits secs…) et le plan d’accès à la salle d’examen (trajet repéré au préalable si possible et temps de marge à prévoir en cas de problème).

Mieux vaut éviter les nuits blanches en périodes de révision afin de rattraper le retard accumulé. Non seulement la fatigue a des effets sur la concentration mais il a été prouvé que c’est au cours du sommeil paradoxal que les apprentissages sont consolidés et rangés dans la mémoire. Un étudiant qui se prive de sommeil paradoxal risque de compromettre le processus de consolidation des informations apprises.

Travailler sur les pensées

A l’approche des examens, certaines pensées peuvent entraver le processus de révisions. Certaines pensées peuvent être négatives, irrationnelles, exagérées et donc générer du stress.

Plus ces pensées sont ruminées, plus elles augmentent le niveau de stress et le stress bloque les apprentissages. Ainsi, il est possible de commencer par identifier les pensées déstabilisantes (“je vais rater”, “je n’aurai jamais mon examen”) puis de reconnaître les émotions associées (“oui, c’est vrai, j’ai peur d’échouer, je serai vraiment déçue de ne pas réussir du premier coup…”) avant de les contre balancer par des pensées plus appropriées (“il est possible que je rate cette session, je pourrai toujours repasser cet examen à la prochaine session même si je reconnais que ce n’est pas la solution idéale”).

S’entourer de personnes encourageantes et bienveillantes permet également d’apaiser les pensées négatives et d’abaisser le niveau de stress.

 

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *